LA BIBLE SAINTE Louis Segond

Job (Author Job and/or Moïse)

5:1Crie maintenant! Qui te répondra? Auquel des saints t'adresseras-tu?

5:2L'insensé périt dans sa colère, Le fou meurt dans ses emportements.

5:3J'ai vu l'insensé prendre racine; Puis soudain j'ai maudit sa demeure.

5:4Plus de prospérité pour ses fils; Ils sont foulés à la porte, et personne qui les délivre!

5:5Sa moisson est dévorée par des affamés, Qui viennent l'enlever jusque dans les épines, Et ses biens sont engloutis par des hommes altérés.

5:6Le malheur ne sort pas de la poussière, Et la souffrance ne germe pas du sol;

5:7L'homme naît pour souffrir, Comme l'étincelle pour voler.

5:8Pour moi, j'aurais recours à Dieu, Et c'est à Dieu que j'exposerais ma cause.

5:9Il fait des choses grandes et insondables, Des merveilles sans nombre;

5:10Il répand la pluie sur la terre, Et envoie l'eau sur les campagnes;

5:11Il relève les humbles, Et délivre les affligés;

5:12Il anéantit les projets des hommes rusés, Et leurs mains ne peuvent les accomplir;

5:13Il prend les sages dans leur propre ruse, Et les desseins des hommes artificieux sont renversés:

5:14Ils rencontrent les ténèbres au milieu du jour, Ils tâtonnent en plein midi comme dans la nuit.

5:15Ainsi Dieu protège le faible contre leurs menaces, Et le sauve de la main des puissants;

5:16Et l'espérance soutient le malheureux, Mais l'iniquité ferme la bouche.

5:17Heureux l'homme que Dieu châtie! Ne méprise pas la correction du Tout Puissant.

5:18Il fait la plaie, et il la bande; Il blesse, et sa main guérit.

5:19Six fois il te délivrera de l'angoisse, Et sept fois le mal ne t'atteindra pas.

5:20Il te sauvera de la mort pendant la famine, Et des coups du glaive pendant la guerre.

5:21Tu seras à l'abri du fléau de la langue, Tu seras sans crainte quand viendra la dévastation.

5:22Tu te riras de la dévastation comme de la famine, Et tu n'auras pas à redouter les bêtes de la terre;

5:23Car tu feras alliance avec les pierres des champs, Et les bêtes de la terre seront en paix avec toi.

5:24Tu jouiras du bonheur sous ta tente, Tu retrouveras tes troupeaux au complet,

5:25Tu verras ta postérité s'accroître, Et tes rejetons se multiplier comme l'herbe des champs.

5:26Tu entreras au sépulcre dans la vieillesse, Comme on emporte une gerbe en son temps.

5:27Voilà ce que nous avons reconnu, voilà ce qui est; A toi d'entendre et de mettre à profit.

6:1Job prit la parole et dit:

6:2Oh! s'il était possible de peser ma douleur, Et si toutes mes calamités étaient sur la balance,

6:3Elles seraient plus pesantes que le sable de la mer; Voilà pourquoi mes paroles vont jusqu'à la folie!

6:4Car les flèches du Tout Puissant m'ont percé, Et mon âme en suce le venin; Les terreurs de Dieu se rangent en bataille contre moi.

6:5L'âne sauvage crie-t-il auprès de l'herbe tendre? Le boeuf mugit-il auprès de son fourrage?

6:6Peut-on manger ce qui est fade et sans sel? Y a-t-il de la saveur dans le blanc d'un oeuf?

6:7Ce que je voudrais ne pas toucher, C'est là ma nourriture, si dégoûtante soit-elle!

6:8Puisse mon voeu s'accomplir, Et Dieu veuille réaliser mon espérance!

6:9Qu'il plaise à Dieu de m'écraser, Qu'il étende sa main et qu'il m'achève!

6:10Il me restera du moins une consolation, Une joie dans les maux dont il m'accable: Jamais je n'ai transgressé les ordres du Saint.

6:11Pourquoi espérer quand je n'ai plus de force? Pourquoi attendre quand ma fin est certaine?

6:12Ma force est-elle une force de pierre? Mon corps est-il d'airain?

6:13Ne suis-je pas sans ressource, Et le salut n'est-il pas loin de moi?

6:14Celui qui souffre a droit à la compassion de son ami, Même quand il abandonnerait la crainte du Tout Puissant.

6:15Mes frères sont perfides comme un torrent, Comme le lit des torrents qui disparaissent.

6:16Les glaçons en troublent le cours, La neige s'y précipite;

6:17Viennent les chaleurs, et ils tarissent, Les feux du soleil, et leur lit demeure à sec.

6:18Les caravanes se détournent de leur chemin, S'enfoncent dans le désert, et périssent.

6:19Les caravanes de Théma fixent le regard, Les voyageurs de Séba sont pleins d'espoir;

6:20Ils sont honteux d'avoir eu confiance, Ils restent confondus quand ils arrivent.

6:21Ainsi, vous êtes comme si vous n'existiez pas; Vous voyez mon angoisse, et vous en avez horreur!

6:22Vous ai-je dit: Donnez-moi quelque chose, Faites en ma faveur des présents avec vos biens,

6:23Délivrez-moi de la main de l'ennemi, Rachetez-moi de la main des méchants?

6:24Instruisez-moi, et je me tairai; Faites-moi comprendre en quoi j'ai péché.

6:25Que les paroles vraies sont persuasives! Mais que prouvent vos remontrances?

6:26Voulez-vous donc blâmer ce que j'ai dit, Et ne voir que du vent dans les discours d'un désespéré?

6:27Vous accablez un orphelin, Vous persécutez votre ami.

6:28Regardez-moi, je vous prie! Vous mentirais-je en face?

6:29Revenez, ne soyez pas injustes; Revenez, et reconnaissez mon innocence.

6:30Y a-t-il de l'iniquité sur ma langue, Et ma bouche ne discerne-t-elle pas le mal?

7:1Le sort de l'homme sur la terre est celui d'un soldat, Et ses jours sont ceux d'un mercenaire.

7:2Comme l'esclave soupire après l'ombre, Comme l'ouvrier attend son salaire,

7:3Ainsi j'ai pour partage des mois de douleur, J'ai pour mon lot des nuits de souffrance.

7:4Je me couche, et je dis: Quand me lèverai-je? quand finira la nuit? Et je suis rassasié d'agitations jusqu'au point du jour.

7:5Mon corps se couvre de vers et d'une croûte terreuse, Ma peau se crevasse et se dissout.

7:6Mes jours sont plus rapides que la navette du tisserand, Ils s'évanouissent: plus d'espérance!

7:7Souviens-toi que ma vie est un souffle! Mes yeux ne reverront pas le bonheur.

7:8L'oeil qui me regarde ne me regardera plus; Ton oeil me cherchera, et je ne serai plus.

7:9Comme la nuée se dissipe et s'en va, Celui qui descend au séjour des morts ne remontera pas;

7:10Il ne reviendra plus dans sa maison, Et le lieu qu'il habitait ne le connaîtra plus.

7:11C'est pourquoi je ne retiendrai point ma bouche, Je parlerai dans l'angoisse de mon coeur, Je me plaindrai dans l'amertume de mon âme.

7:12Suis-je une mer, ou un monstre marin, Pour que tu établisses des gardes autour de moi?

7:13Quand je dis: Mon lit me soulagera, Ma couche calmera mes douleurs,

7:14C'est alors que tu m'effraies par des songes, Que tu m'épouvantes par des visions.

7:15Ah! je voudrais être étranglé! Je voudrais la mort plutôt que ces os!

7:16Je les méprise!... je ne vivrai pas toujours... Laisse-moi, car ma vie n'est qu'un souffle.

7:17Qu'est-ce que l'homme, pour que tu en fasses tant de cas, Pour que tu daignes prendre garde à lui,

7:18Pour que tu le visites tous les matins, Pour que tu l'éprouves à tous les instants?

7:19Quand cesseras-tu d'avoir le regard sur moi? Quand me laisseras-tu le temps d'avaler ma salive?

7:20Si j'ai péché, qu'ai-je pu te faire, gardien des hommes? Pourquoi me mettre en butte à tes traits? Pourquoi me rendre à charge à moi-même?

7:21Que ne pardonnes-tu mon péché, Et que n'oublies-tu mon iniquité? Car je vais me coucher dans la poussière; Tu me chercheras, et je ne serai plus.



Original from unbound.biola.edu - They claim public domain status for their original text.